Aussi célèbre que magique

Tant associé à ses eaux turquoises qu’au parfum stimulant des montagnes qu’il traverse, le Verdon est un puissant cours d’eau qui relie les Alpes du sud à la moyenne Provence. La rivière tire sa source des montagnes du Parc du Mercantour. Entre La Fou d’Allos et le pic des Trois-Evêchés à 2819m d’altitude. Puis il parcourt près de 170 km, avant d’aboutir dans la Durance, au pied du Château de Cadarache. Sur son passage, il sculpte les titanesques et emblématiques gorges du Verdon. Aujourd’hui espace naturel protégé, le Verdon est aussi rendu célèbre grâce à ses 5 retenues artificielles, dont le majestueux lac de Sainte Croix.

 

Délimitation naturelle entre les départements des Alpes de Hautes Provence et du Var, le Verdon marque cette région d’une empreinte bien particulière qui n’a pas d’égal en Europe. Atypique, il constitue néanmoins un élément fondateur de l’ADN de la Provence. Il participe ainsi à faire de la Provence cette terre sauvage et mystérieuse, lumineuse et contrastée, montueuse et généreuse par essence.

Les gorges du Verdon

Montagne à l’envers, le grand canyon du Verdon a longtemps fait peur par sa démesure. Seuls d’intrépides cueilleurs de buis osaient s’encorder pour descendre dans ses profondeurs vertes, depuis les belvédères, placés pour certains à plus de 700 m au-dessus de la rivière. Aujourd’hui, les grimpeurs ont suivi les cueilleurs, et les randonneurs se servent des voies ouvertes en 1905 par les explorateurs Isidore Blanc et Edouard-Alfred Martel pour s’approcher de la rivière tout en bas. Au sommet des falaises, sous l’oeil bienveillant des vautours majestueux, les 7 villages des gorges veillent sur le géant minéral. Assurément, c’est depuis leurs postes d’observation, avec le recul nécessaire, que les images sont les plus belles. Puis c’est entre les murs de leur musée que les secrets se dévoilent. C’est auprès des guides-accompagnateurs que se font les plus émouvantes rencontres avec l’environnement et l’histoire des hommes.

Le plateau de Valensole

Cette partie du Verdon consiste en fait en un immense poudingue de galets agglutinés sur plusieurs centaines de mètres. Sa formation résulte à la fois de l’érosion des Préalpes de Castellane et du recul progressif de la mer lors des précédentes périodes géologiques. Désormais sculpté par la main de l’homme, le plateau est le royaume des champs de lavandin et du blé dur. Les champs cultivés tracent l’horizon. Les couleurs bleu et or dominent l’été, quand roux et gris submergent l’hiver. S’étirant à perte de regard, ce splendide paysage rivalise tout simplement avec les plus beaux jardins à la française. Ainsi, diamétralement opposée aux gorges du Verdon, cette une toute autre sensation de la Provence qui s’offre à vous. Horizontal et calme, ce paysage abrite une biodiversité riche et protégée par le Parc Naturel Régional du Verdon.